Décès de Max, un an déjà…

Il y a tout juste un an, Max nous quittait, et son décès créait pour le jeu de la Chouette d’Or des circonstances nouvelles dont personne n’avait jamais pensé qu’elles pourraient raisonnablement se présenter, même si elles avaient, en théorie, été imaginées et prévues. « Tout a été prévu si jamais je venais à disparaître ! », nous disait Max, mais bien sûr, personne n’imaginait que cela puisse arriver.

Quel était donc l’arsenal des mesures de protection annoncées, ou auxquelles on faisait allusion ?

D’abord, la Chouette d’Or était en sécurité dans un coffre de banque. Le jeu était doté d’un huissier de justice, Me Llouquet, dépositaire du règlement et garant de sa bonne fin, à savoir l’échange de la contremarque en bronze contre la Chouette d’Or. Quant aux solutions, afin de permettre leur publication ou de trancher tout différend éventuel dans l’hypothèse (impensable) de la disparition de la seule personne qui les connaissait (Max), elles avaient été elles aussi déposées chez l’huissier sous pli dûment scellé.

Certaines de ces rassurantes certitudes se sont effondrées, et il n’est pas sans intérêt de se demander si les autres sont encore d’actualité, ou pas.

Commençons par le lot lui-même : la Chouette d’Or. L’on sait dans quelles circonstances largement illégitimes elle fut extraite de son coffre et conservée pendant des mois par un liquidateur judiciaire qui pensait avoir mis la main sur un magot inespéré et refusait contre tout bon sens de le rendre, jusqu’à ce que la Cour d’appel de Versailles l’y contraigne. Bref, à la suite de ces déboires judiciaires (dont mon sentiment personnel est qu’ils ont joué un rôle non négligeable dans l’aggravation de l’état de santé de Max, tant toute cette affaire l’avait culpabilisé et stressé), la Chouette d’Or retourna enfin entre les mains de… mais de qui, au fait ?

La Cour d’appel « ordonne à Maître Legras de Grandcourt, ès-qualités, de restituer la Chouette d’Or à Monsieur Becker en la remettant, dans le mois de la signification de l’arrêt, à Maître Manceau, huissier de justice dépositaire du règlement du jeu dont la statuette est le lot ».

On avouera que cela n’est pas très clair. Si la Cour veut ordonner la remise de la Chouette à Becker, pourquoi diable faire intervenir Me Manceau, dont le moins que l’on puisse dire est qu’elle a fait tous les efforts possibles pour se tenir soigneusement à distance pendant toutes les procédures, en refusant d’accorder la moindre assistance ? Pourquoi ne pas ordonner la remise directe ? Ou bien est-ce que la Cour veut dire que le liquidateur Legras doit rendre la Chouette à Becker, mais que l’oiseau doit, en pratique, rester en possession (« possession » n’équivaut pas systématiquement à « propriété ») de l’huissier ?

La lecture des attendus de l’arrêt n’est pas beaucoup plus explicite : «qu’il convient dès lors de faire droit à la demande de revendication de Monsieur Becker, en précisant que Maître Legras de Grandcourt, ès-qualités, devra remettre la Chouette d’Or entre les mains de Maître Manceau, huissier de justice».

Alors, Becker ou l’huissier ?

Une chose est claire, cependant : Maître Manceau n’allait pas accepter de se charger de manière durable de la conservation du lot (et surtout d’un lot aussi encombrant) sans une adéquation compensation financière que, probablement, Becker n’avait aucune envie de payer, souhaitant sans doute que la Chouette soit géographiquement beaucoup plus proche de chez lui, qui demeure au fin fond de la Corrèze. Au pire, un huissier corrézien ferait l’affaire, s’il le fallait vraiment.

Au final, et à ce jour, il reste que :

  • personne ne sait si le liquidateur a véritablement rendu la Chouette d’Or, à qui il l’a rendue et quand, et entre quelles mains elle se trouve à ce jour ;
  • à supposer qu’elle ait, via Manceau ou pas, atterri entre les mains de Becker, personne ne sait si la Chouette est conservée à son domicile, et dans quelles conditions de sécurité, ou si elle est effectivement chez un huissier (lequel ?) ou dans une banque, Becker s’abstenant soigneusement, à dessein, de communiquer sur le sujet —de même que sur tout autre sujet, les chouetteurs apprécieront.

Cette incertitude sur la disponibilité du lot ne semble pas inquiéter grand-monde. J’ai connu les chouetteurs plus fébriles, mais après tout, c’est à eux de voir ce qu’il convient de faire… À cet égard, le fait que, hélas ! la protection juridique et technique de la Chouette n’ait pas toujours été assurée comme elle l’aurait dû dans le passé, n’est pas une excuse pour demeurer sous la moyenne dans ce domaine, y compris en termes de communication.

Le second élément d’incertitude causé par la disparition de Max concerne, bien sûr, les solutions des énigmes.

De tous temps, il a été entendu qu’elles avaient été déposées chez Me Llouquet en 1993, et je ne doute pas que cela ait en effet été le cas. Cependant, les années passant au-delà de toute prévision raisonnable, en a-t-il toujours bien été ainsi ? L’on sait par exemple que, lorsqu’il a été ouvert sur la requête du liquidateur, le coffre-fort de la banque San Paolo (aujourd’hui Banque Palatine) de l’avenue Hoche n’était plus payé depuis des mois, voire même des années (j’ai l’information exacte quelque part dans mon dossier). D’autre part, il est de notoriété publique que, pour se faire assister dans le cadre des procédures judiciaires, Max avait dû avoir recours à l’aide judiciaire, faculté évidemment réservée aux personnes aux revenus très minces, et qui ne permet pas toujours de bénéficier des conseils des avocats… disons, les plus qualifiés. C’est donc peu dire que ses moyens financiers étaient réduits, à des années-lumière du personnage repu de redevances Minitel que certaines mauvaises langues ignorantes se complaisaient à dépeindre.

Dans ce contexte, se serait-il pu que, une fois l’étude Llouquet passée entre les mains de Me Manceau, les notes d’honoraires très probablement envoyées à intervalles réguliers en rémunération, à la fois de la conservation des solutions, mais aussi de la gestion des nombreux courriers et autres appels téléphoniques de chercheurs, soient à partir d’un certain moment restées impayées, sachant que par ailleurs, Max devait assumer les coûts de fonctionnement du jeu des cistes ?

 Est-il imaginable qu’à partir de ce moment, Me Manceau ait refusé de continuer à conserver les solutions, particulièrement à partir du moment où la Chouette s’est trouvée « capturée » dans les conditions que l’on sait, sans que Me Manceau n’ait rien fait pour s’y opposer, et alors qu’elle n’entendait pas en faire davantage pour aider Max (ni, d’ailleurs, ultérieurement, Becker) à la récupérer ? En d’autres termes, Me Manceau, ayant déjà un certain passif d’honoraires impayés sur ce dossier, et ayant manifestement décidé de se laver les mains des procédures en cours (et, partant, du sort du lot), n’est-il pas vraisemblable qu’elle ait dès lors restitué la fameuse « enveloppe scellée » à Max, ou l’ait détruite, faute de pouvoir la lui remettre en main propre, puisqu’il était à ce moment déjà reparti habiter dans l’est de la France ?

Ce scénario ne paraît pas impossible. Et, en dépit de l’entorse ainsi faite à la croyance générale des chouetteurs, Max a pu considérer que cela ne changeait pas grand-chose en pratique puisque de toutes façons, lui, le créateur des énigmes, était là. Ensuite, il est tombé malade et l’on peut bien imaginer que, dans ces moments-là, on pense à autre chose qu’à s’occuper du sort des enveloppes scellées ! Et comme je crois pouvoir dire que la mort, hélas ! l’a véritablement saisi par surprise, je ne serais pas étonné qu’aucune disposition particulière n’ait été prise concernant les solutions originales de la Chouette, celles qui entrèrent en possession de Me Llouquet un beau jour de 1993.

Je me suis, bien entendu, entretenu de ce sujet délicat avec les ayants-droit de Max, puisque je connais bien cette partie de sa famille. C’est un sujet sur lequel quasiment tous ceux d’entre vous qui m’ont écrit depuis un an n’ont pas manqué de m’interroger, face à l’incertitude qui continue à planer sur l’avenir du jeu orphelin et aux rumeurs de divulgation qui ont pu circuler comme ont circulé les mêmes rumeurs concernant le cahier des charges élaboré par Max et remis à Becker afin qu’il dispose des instructions nécessaires pour peindre les tableaux.

Comme, par ailleurs, on ne peut que constater que la contremarque n’a toujours pas été découverte, il est probable que les solutions n’ont pas été divulguées à quiconque, de même que le cahier des charges —encore que, dans ce dernier cas, il se pourrait également qu’une divulgation n’ait pas suffi pour permettre aux bénéficiaires de résoudre les énigmes, ce que Max m’avait d’ailleurs assuré avec un fin sourire il y a plusieurs années.

Cela étant, même en l’absence de divulgation, ce qui est bien la moindre des choses, reste le problème de la conservation et de la sécurité des solutions : combien d’exemplaires existe-t-il ? Où est(sont)-il(s) ? De quelles précautions est(sont)-il(s) entouré(s), d’abord en termes de confidentialité, mais aussi en termes de publication potentielle, dans le cas où une telle mesure deviendrait nécessaire ? On m’a indiqué que les solutions se trouvaient bien chez un huissier, mais je n’ai reçu aucune réponse aux questions que j’ai immédiatement posées en lisant les simples mots « chez un huissier », questions que vous pouvez imaginer.

Un dernier point a été régulièrement évoqué dans les messages que vous m’avez adressés, et c’est un des plus douloureux : où la sépulture de Max se trouve-t-elle, afin de pouvoir aller s’y recueillir ? Je puis au moins répondre à cette question, même si ma réponse, je le sais, ne satisfera pas celles et ceux qui voudraient aller lui rendre un hommage posthume (j’en fais partie) : la vérité est que Max a été incinéré, et que ses cendres ont été, jusqu’à ce jour, conservées par sa famille, ce qui est bien évidemment le droit le plus strict de ses proches. Aucun lieu particulier ne peut donc être proposé actuellement, et seul un des « hauts lieux » de la Chouette d’Or pourrait, peut-être, faire office, pour autant que les chouetteurs arrivent à s’accorder sur ce qu’est un «haut lieu» plutôt qu’un «faux lieu»…

Voilà ce qu’aujourd’hui, un an tout juste après le décès de Max, je souhaitais dire publiquement à l’attention de la communauté des chouetteurs. J’ai posé de très nombreuses fois aux ayants-droit de Max les questions que vous vous posez, les questions que vous m’avez posées, et toutes les réponses que j’ai obtenues à ce jour figurent en substance dans le présent message. Vous les communiquer, c’est aussi une manière pour moi de lui rendre hommage en cette journée anniversaire, car je crois que c’est ce qu’il aurait voulu que je fasse.

Cordialement.

Publicités

~ par monglane sur 24 avril 2010.

18 Réponses to “Décès de Max, un an déjà…”

  1. Bonjour Monglane,

    Je dis OUI!….il aurait voulu que tu le fasses, et OUI on s’est posé toutes ces questions, mais personnellement LA question que je me pose surtout c’est pourquoi un tel « silence » ?
    Est-ce voulu?
    A qui surtout doit-on poser des questions?…afin d’avoir les bonnes réponses sans en douter!

    Bref, peut-être aussi que c’est encore trop tôt pour obtenir
    des réponses sur un jeu, qui, n’aura pas eu la chance sur plusieurs plans de son histoire en 17 ans!
    Mais à qui la faute, en vérité..

    Merci Monglane pour ce message où je sais que tu as qu’un seul but, qui est celui de rendre à chaque instant le meilleur hommage à cette grande amitié entre toi et Max.
    amitiés
    wolf

  2. Enfin quelqu un de bien ! Merci pour MAXOU ! TU DEVRAIS VENIR
    A RONCEVAUX PARCE QUE L ON T AIME Bien entendu seuls LES NORMAUX t apprecient Si tu le veux ,je suis a ta disposition ,a une portée de fusil de Roncevaux ,seul dans une petite villa A+ ?

    • Merci pour ton appréciation et pour ton invitation, mais j’ai d’autres engagements prévus à cette date. Cela dit, je me suis toujours prois d’aller en personne voir le col de Roncevaux un jour, même s’il n’y a pas forcément grand-chose à y « voir »…

  3. Merci Monglane pour ce résumé. Et respect pour Max en ce jour du 24 avril…..
    Toutefois, si la communauté est engluée à ce point, tant au niveau du jeu que de la partie juridique voire même de la dotation , Max là-haut ne peut que s’en mordre les doigts. Un jeu qui ne devait durer que 18 mois. Arrivé à 10 ans , Max aurait dû se poser des questions. Peut-être s’en est-il posé. Mais c’est lui qui a choisi les réponses . Aujour’hui 17 ans après , je ne crois pas que la contremarque sera trouvée grâce au livre. Et encore moins par un chercheur fréquantant le forum. J’espère seulement me tromper et quitter ce monde en ayant pris connaissance es solutions.
    Je pense qu’au bout de dix ans de jeu, Max aurait pu tout de même donner des indices supplémentaires , de la première à la dernière énigme, au rythme d’un indice par mois. Et que ceux qui haussaient le ton en disant que cela aurait défavorisé les plus avancés , reviennent sur terre et se remettent à la 530 sérieusement.
    La Chouette d’Or aurait alors vécu 11 ans, le livre des solutions serait enfin édité, et qui sait , Max en rirait peut-être avec nous aujourd’hui…
    Je sais , avec des si, on………..
    Enfin….. je respecte sa volonté. Paix à son âme…..
    Diégo

  4. Merci Monglane pour ces informations qui laissent effectivement perplexe.

  5. Un grand Merci MONGLANE.
    signé DE VINCI Un chercheur par intermittence depuis 1994 , dont le fantasme serait de voir la contremarque et son emballage (même si trouvée par un autre) et surtout de connaître les solutions amenant au site final.

  6. Je suis sur la même longueur d’onde que DIEGO.
    Je regrette que MAX n’ait pas recadré un peu la chasse par d’autres indices supplémentaires. Pour cela il aurait eut l’embarras du choix parmi ses fausses pistes.
    A moins qu’effectivement certaines personnes à ce moment là du jeu étaient vraiment très très près de la cache et qu’il n’ait pas voulu les « pénaliser ». Sûrement MAX a-t-il sous-estimé le temps qu’ils leur restaient pour effectuer les derniers pas.
    Forcement aujourd’hui mon plus grand souhait est de pouvoir lire un jour les solutions. Et a 37 ans je me demande si les quelques dizaines d’années théoriques qu’il me reste à vivre, suffiront à mon bonheur.
    Quand au devenir de la chouette d’or (même si j’étais le découvreur de celle en bronze) c’est vraiment devenu dérisoire.
    De mon coté je rêve de la constitution d’une alliance totalement transparente et complètement financièrement désintéressée et qui n’aurait pour seul but que de trouver les solutions.
    Bon courage à tous les chercheurs.

    • En effet, on peut s’interroger, aujourd’hui, sachant ce que l’on sait, sur ce qui aurait été préférable dans l’intérêt du jeu… mais on le fait, justement, en ayant connaissance du triste et si prématuré événement qui devait emporter Max, événement qu’il était impensable d’imaginer sérieusement…

      Max avait une grande éthique et une grande rigueur morale. Moi-même, dès 2003 pour les Dix Ans, j’ai fait pression sur lui pour obtenir une ou plusieurs nouvelles I.S., mais il n’y a jamais rien eu à faire ; et les raisons qu’il m’a fournies sont celles qu’il a exposées publiquement, rien d’autre (même si j’ai eu droit à quelques développements supplémentaires et plus détaillés). Il n’y a donc jamais eu moyen de l’en faire démordre.

  7. Salut Monglane,

    on ne se connaît pas, mais je lis ton site et j’ai lu par le passé tes interventions et compris ta piste. Par ailleurs tu es à ma connaissance le seul à avoir proposé des photos des oeuvres originales de Becker, reproductions qui permettent d’ôter quelques doutes quant à l’interprétation des visuels. Pour cela merci.

    Par ailleurs, je ne comprends absolument pas en quoi la polémique du lot t’obnubile à ce point. Le lot (la chouette d’or) est avant tout symbolique, son prix forfaitaire et le gain complètement déconnecté de la découverte de la chouette.

    La vraie chouette, c’est celle qui est dans le trou. Le vrai prix sera pour celui qui la déterrera. Même en l’absence de lot, la valeur de la contremarque est immense. A la fois en tant que preuve de la réussite du chercheur et également en valeur matérielle. Je suis persuadé que la découverte de la contremarque rapporterait à l’inventeur au moins autant que la valeur de la chouette d’or si cette dernière n’était plus liée à la découverte. Pour un collectionneur ce ne sont pas l’or et les rubis qui comptent, mais l’intérêt de l’objet. Je fais ici un parallèle avec les collectionneurs de montres qui s’intéressent bien plus à l’originalité du bien qu’à sa composition. Il n’y a qu’à constater la baisse de la cote des montres en or face aux modèles acier (au séries limitées près).
    La chouette de bronze vaut infiniment plus que la chouette en or seule sans échange.

    D’autre part, sur les traces de la chouette d’or est la plus ancienne chasse non trouvée, ou du moins est la plus connue des chasses non trouvées. Rien qu’à ce titre, l’inventeur qui sortirait la contremarque serait assuré de sa médiatisation. En absence de règlement et d’échange de la contremarque, il serait libre de faire ce que bon lui semble avec ses solutions et sa communication. Si quelqu’un un jour veut lui opposer ça, il faudrait qu’il puisse faire valoir le règlement et donc que le règlement soit applicable en totalité (donc avec échange de la contremarque contre la chouette d’or). A ce seul moyen, la chouette d’or et de rubis prendrait un intérêt parce que liée à la découverte.

    Ainsi peu importe qu’il y ait encore règlement et contrepartie. Dans un cas comme dans l’autre l’inventeur sortirait avec les honneurs et le prix…

    • Merci pour ton intervention.

      Je ne suis pas du tout «obnubilé» par la Chouette en or. C’est juste que, lorsque l’on parle d’une chasse AU TRÉSOR, il est légitime de s’intéresser au… trésor, justement —particulièrement lorsqu’il a connu autant de mésaventures que la Chouette. C’est ce que font beaucoup de chercheurs et il me semble naturel de me faire l’écho de leurs préoccupations, même s’il y a eu de tous temps d’autres chercheurs qui s’affirmaient plus désintéressés. Faut-il vraiment les croire ? C’est un autre débat.

      Cela dit, je suis assez dubitatif sur la valeur monétaire, et même symbolique, que la chouette de bronze pourrait avoir, en dehors de la toute petite communauté des chercheurs de trésor, lesquels sont très loin d’être tous millionaires, et donc capables d’engager de fortes sommes pour posséder une telle relique.

      De même, je suis très dubitatif sur l’éventuelle «médiatisation» de la découverte, si elle arrive un jour. Face aux rumeurs sur la vie privée du président de la République ou au dernier incident en date dans les «quartiers», la découverte de la contremarque ne vaudra sans doute (hélas ?) pas grand-chose à la conférence de rédaction du matin.

      Le point sur lequel je suis d’accord avec toi, c’est qu’en effet, en l’état actuel des choses, la validité du règlement tel qu’il a été écrit est très douteuse…

      Cordialement.

      P.S.: Merci à tous pour vos interventions, bien sûr ! J’apprécie votre passage sur mon blog, même si je ne réponds pas à chacun personnellement.

  8. Salut Monglane, merci encore pour cette intervention.
    Cordialement. Fourmi

  9. Merci Monglane pour ce point net et précis de ce que tu sais de l’avenir de notre trésor. Malheureusement comme je l’ai dit sur le forum de lachouette.net, le silence quant au devenir de la Chouette d’Or devient réellement assourdissant.
    Amicalement.

  10. Bonjour Monglane,

    D’abord un grand Merci à toi pour ton blog et ton implication dans le devenir du jeu.
    Puisses-tu continuer tes investigations et obtenir les réponses que chacun d’entre nous attend pour le repos nos petits nerfs.
    Les différents scenarii que tu proposes sont plausibles mais rien ne permet de trancher pour l’instant.
    Personnellement je ne nie pas l’attrait financier du lot mais je suis davantage intéressé par les solutions elles-mêmes.
    Je suis partisan de mettre un terme au jeu avec la publication des solutions. Je reconnais ainsi mon incapacité à résoudre les énigmes. Ce que tout un chacun devrait avoir le courage de faire. En effet à quoi bon attendre un dénouement quasi impossible, sauf à voir naître un véritable mutant au cerveau surhumain?
    Peut-être devrais-tu concentrer ton énergie sur la récupération de ces solutions?
    Avec la rigueur morale, qui te caractérise, tu pourrais alors non pas les utiliser à ton intérêt en déterrant la contremarque mais les publier et organiser une exhumation du volatile avec renfort de média.
    Quelle plus bel hommage que de faire connaître à tous (hors communauté des chouetteurs) quel brillant esprit était celui de Max.

    Quoi qu’il en soit, je te remercie pour ta communication, dont je me délecte à chaque nouvel article de ton blog.

    De part tes anciennes relations avec Max, tes relations avec les es ayants droits, tes connaissances juridiques, ton passé d’inventeur de trésor; tu es le mieux placé pour nous représenter et faire avancer les choses.

    Nos espoirs reposent en partie sur ton succès.

    A te lire, avec plaisir.

    Amicalement,
    huacracocha

    • Bonjour cher anonyme, et bonjour à tous,

      Je ne suis pas d’accord avec votre analyse. Je pense que le meilleur hommage et la plus grande preuve de respect que l’on puisse faire à l’auteur de ce jeu passionnant, c’est de faire confiance en son jugement et de ne pas tenter de trahir sa volonté.

      Ainsi, comme il l’a maintes fois répété, il n’est sans doute point besoin de cerveau surhumain pour résoudre les énigmes du livre. S’il n’a jamais souhaité accélérer artificiellement la fin de la chasse, je ne vois pas pourquoi quiconque devrait essayer de le faire aujourd’hui (Et pensez un peu à tous ceux qui, à tort ou à raison, croient encore pouvoir arriver au terme de cette chasse!).

      Que la chasse continue!

      Bien à vous

  11. La Chouette n’est plus seulement une chasse c’est « un Mythe, une légende ».
    Aujourd’hui je continue ma recherche même si comme tout le monde il m’arrive de me poser la question : « et si…? » mais il sera bien temps de voir comment cela se passera le jour où quelqu’un la trouvera.
    Tout ce que j’espère c’est qu’elle ne soit pas déjà sorti de son trou par quelqu’un ayant eu accès aux solutions « dites à l’abri ». Ce serait le pire des scénarios aujourd’hui.

    Il serait raisonnable que Mr BECKER s’explique clairement sur le sujet, ne serait ce que pour mettre fin aux diverses rumeurs qui circulent et qui ne sont pas à son avantage. Mauvaise PUB il me semble.

    En tout cas une chose est certaine cela ne pourrira pas la chasse de la chouette d’or ou pas car nous l’aimons tous et elle fait parti de notre quotidien pour beaucoup d’entre nous.

    MERCI MAX.
    Merci à toi Monglane pour les nouvelles que tu nous donne.

  12. Bonjour ! est – t’il possible de vous contacter en privé ?

    Merci par avance

    Et merci a Max pour cette énorme aventure

    • Vous pouvez m’écrire à monglane (arobase) wanadoo (point) fr, mais surtout pas pour me parler des énigmes de la Chouette, ni pour m’expliquer que vous avez presque tout résolu sauf une toute petite chose, ni qu’il est impossible de localiser précisément la cache parce que les plantes ont poussé ou qu’il y a eu une tremblement de terre !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :