Nouvel éclairage sur le rôle et l’importance des visuels dans la Chouette d’Or (II)

Tiens, à propos de visuels qui atténuent la sécheresse du texte, d’abord, une devinette : quand on est à Biarritz pour faire des photos de surf, et que la mer Cantabrique est plate comme le lac de Genève, que fait-on pour s’occuper ? Eh bien, une excursion à Roncevaux, évidemment ! Et on en rapporte quelques images…

Sur la route du col de Roncevaux — En octobre, quand on monte à Roncevaux, on a la montagne pour soi seul, et avec un peu d'imagination,on peut encore percevoir les lointains échos du fracas des armes et des lourdes armures...

 

La route de Roncevaux

 

L’église du col de Roncevaux — Humble chapelle, plutôt qu’église, d’ailleurs...

Les croix du col de Roncevaux, plantées dans un petit tertre derrière la chapelle par les pèlerins de Compostelle qui empruntent cette voie.

La massive stèle de pierre brute gravée du nom de «Roldan» (Roland, en espagnol), et des dates 778 (vous connaissez) et 1967, date à laquelle cette sorte de menhir commémoratif fut érigé.

Voici tout ce qui rese du système de fixation qui, lors de la mise en place de la stèle, retenait le simulacre d'épée, hommage à Durandal.

Ces pierres taillées qui, au jugé, n'ont guère plus de quelques dizaines d'années, formaient probablement une sorte de périmètre arrondi, de margelle autour de la stèle. Quand, comment et pourquoi ont-elles été ainsi dispersées ? Comme tous les lieux très symboliques, Roncevaux a eu son lot de vandales et de pillards...

Ensuite, pour répondre à quelques unes des réactions pertinentes (je ne parle pas des autres, qui ne méritent pas qu’on y perde du temps) auxquelles mon précédent article a donné lieu sur le forum du site lachouette.net, je souhaite apporter les éléments suivants :

1er point :
Ce madit a été cité par un chouetteur :

QUESTION No 30 DU 1998-08-31TITRE: Q1
EST CE QUE CHAQUE VISUEL DOIT OBLIGATOIR EMENT APPORTE UN ELEMENT DE REPONSE INDI SPENSABLE A LA SOLUTION DE L’ENIGME S’Y RAPPORTANT ? MERCI MELODIEOUI.
==========================
AU MOINS CA ! AMITIES — MAX

La réponse de Max ne veut pas dire que le visuel est **le seul endroit** où cet élément indispensable peut être trouvé. Le texte de l’énigme (y compris le titre) peut également l’apporter. On en revient aux doublons déjà signalés.

2e point :
Autre madit cité :

LA SEULE CHOSE QUE JE PUISSE DIRE AU SUJET DES VISUELS, C’EST QUE SANS EUX, LA CHOUETTE EST INTROUVABLE.

Max prend ici les visuels collectivement, comme un ensemble d’éléments indissociables. Vu ainsi, il a bien sûr raison. Pris dans leur ensemble, les visuels contiennent des éléments indispensables pour trouver la Chouette. Par exemple, sans la boussole du visuel 780, pas moyen de connaître la mesure… encore que, dans les énigmes suivantes, en « testant » plusieurs valeurs typiques (dont le pied métrique), on devrait bien s’apercevoir qu’une seule de ces valeurs tombe juste… mais cela rendrait les choses nettement plus difficiles. Je peux bien imaginer cependant que la 780 est une des énigmes qui ont été « retouchées » par Max, et que cette retouche a consisté dans le fait de sortir du texte l’indice relatif à la mesure qui s’y trouvait au départ, pour le remplacer par ce magnifique et élégant élément visuel qu’est la boussole. Max ne disait-il pas que c’était de la 780 qu’il était le plus fier ? Telle pourrait bien est la raison de cette fierté, avoir réussi à convertir ce qui était sûrement un très astucieux indice écrit, en un indice visuel qui l’est tout autant.

De plus et surtout, il y a probablement dans les visuels illustrant les énigmes de la 2e moitié du jeu des éléments, eux aussi indispensables, mais dont on n’a pas encore compris la nature exacte, ni la portée puisque ces énigmes (prises globalement : titre, texte, visuel) sont encore très mystérieuses.

Cela étant, que les visuels, dans leur ensemble, contiennent des éléments indispensables pour trouver la Chouette, ne signifie pas que tous les visuels en contiennent, ni même qu’ils sont les seuls à contenir ces éléments indispensables ! Les énigmes peuvent, elles aussi, contenir les mêmes, sous une formé différente. Encore une fois, il faut raisonner logiquement, sans se laisser embarquer sur les « autoroutes » de la pensée pré-formatée.

3e point :
Certains accusent l’auteur, avec des mots si forts qu’ils en deviennent peu crédibles (j’ai lu « trahison » et « forfaiture », mais je pense que celui qui les a prononcés, et que je connais, admettra, une fois l’émotion initiale —qui n’avait pas lieu d’être— digérée, qu’ils ont dépassé sa pensée), d’avoir cédé à des sirènes matérialistes. D’abord, je ne vois pas très bien lesquelles, l’auteur, on le sait, ayant surtout gagné dans tout cela des milliers d’heures d’un travail très astreignant, rivé à son minitel, et ne s’étant, hélas ! pour lui, visiblement pas enrichi puisqu’il a dû faire appel à l’aide judiciaire pour se payer un avocat dans le procès contre le liquidateur.

Ensuite, que reproche-t-on à Max exactement ? D’avoir cherché un sponsor pour financer la chasse ? Mais sans cela, il n’y aurait pas eu de jeu du tout ! D’avoir cédé à la pression du sponsor qui proposait de (ou « insistait pour », je n’en sais rien, Max ne me l’a pas précisé) peindre une dizaine de tableaux originaux pour illustrer les énigmes ? Mais ces tableaux, ils allaient quand même représenter un véritable « plus » pour le jeu, le rendre plus attractif visuellement, et même plus ludique, non ? Pourquoi donc refuser ? Certes, c’était du dérangement, il allait peut-être falloir faire quelques concessions par rapport à l’impeccable rigueur intellectuelle des seuls textes des énigmes (j’y inclus les titres), certes cela allait engendrer des redites et des doublons, mais dans l’ensemble, la chasse y gagnait à l’évidence.

De même, lorsque le chouetteur qui a parlé de « forfaiture » écrit « Donc Max nous trompait quand il disait que la chouette était introuvable sans les visuels », c’est lui qui se trompe : à l’origine, quand les énigmes n’étaient qu’un dossier dans le bureau de Max, la Chouette était évidemment trouvable (virtuellement, puisque la contremarque n’était pas encore enterrée) sans les visuels puisque ceux-ci n’existaient pas, et que Max n’avait jamais pensé qu’ils pourraient exister un jour. En revanche, dès l’instant où cette existence s’est avérée, les « transferts d’indices » réalisés par Max des textes vers les visuels ont rendu ceux-ci indispensables, au moins pour certains : il n’y a aucune incompatibilité entre ce qui était vrai « avant », et ce qui est devenu vrai « après », et il n’y a aucune tromperie puisqu’il n’a jamais été demandé aux chouetteurs de se confronter à l’«avant».

En résumé, je comprends mal comment mon article précédent a pu être à ce point une révélation pour certains chouetteurs. JPL a été à peu près le seul (ainsi que Pompon, sur ce blog) à confirmer ce que j’écrivais, à savoir que n’importe quel chercheur aurait déjà pu (voire dû) arriver par lui-même aux mêmes conclusions. Pourtant, tout le monde sait que les énigmes existaient depuis des années lorsque le livre a été publié, et tout le monde sait aussi qu’avant cette publication, les énigmes ont été simplement « retouchées ». S’étonner des informations que je donne, ce serait donc supposer que, dès le départ, Max savait qu’il allait faire équipe avec quelqu’un capable de réaliser un visuel pour illustrer chaque énigme… Mais si c’était le cas, pourquoi ne pas s’en être préoccupé avant ? Pourquoi avoir proposé le dossier à tous les éditeurs de Paris **sans ces fameux visuels**, s’ils avaient bien été prévus dès le départ ? C’était se priver d’un élément attractif essentiel !

Or donc, si Max s’en est privé pendant toutes ces années où il a essayé de « vendre » son projet sans succès, c’est bien parce que l’idée ne lui était jamais venue qu’il y aurait un jour des visuels, bien sûr ! Pour autant, les énigmes étaient écrites, complètes, prêtes à être publiées. Et donc, lorsque les visuels se sont profilés à l’horizon, il a bien fallu, comme je l’écrivais, leur « faire de la place », autrement dit leur donner un intérêt, une raison d’être, et donc procéder par vases communicants entre le contenu des textes (ou de certains textes) et celui des tableaux.

D’où les « retouches ».

Plus j’y pense, plus je me dis que tout cela est d’une telle évidence que j’en viens à douter du niveau d’avancement de ceux que cela surprend à ce point.

Et à propos de choses qui sont (ou devraient être) évidentes, je publierai un de ces jours un autre billet concernant une confidence de Max (qui ne donne aucune avantage à personne, rassurez-vous) assez ébouriffante, et pourtant d’une grande logique, et qui témoigne au passage de l’intégrité et de la totale honnêteté intellectuelle de notre grand ami disparu.

P.S.: quant au fait que j’ai écrit mon précédent article au moment où certains tentaient pour la énième fois d’obtenir la publication du cahier des charges de Max à Becker, c’est à la fois une coïncidence, et pas une coïncidence. Coïncidence, parce que le texte de cet article était prêt depuis longtemps, et pas coïncidence parce que, ayant été alerté par un ami chouetteur quant au contenu récent du forum, j’ai souhaité apporter ma contribution au débat, une pierre qui était toute prête à être utilisée, pour dire « n’imaginez pas que vous trouveriez dans ce cahier des charges monts et merveilles! » Voilà tout.

Publicités

~ par monglane sur 18 novembre 2010.

16 Réponses to “Nouvel éclairage sur le rôle et l’importance des visuels dans la Chouette d’Or (II)”

  1. bonsoir Monglane,
    je découvre votre blog (par ailleurs très agréable à parcourir) grâce aux chouetteurs de l’A2CO et vous félicite vivement pour votre initiative.
    Grâce à vous, Max reste un peu avec nous.
    Je voulais juste apporter une précision : les visuels sont effectivement indispensables à la fin du jeu et ils ont permis à Max d’ajouter un joli quatrième centre à sa spirale…et quelques supplices en plus de ceux qui étaient prévus dans la version non imagée initiale.
    Dès lors, il n’y a rien à craindre d’une éventuelle publication d »un « cahier des charges » que Max aurait donné à M. Becker. AMHA, en considérant que la 989 est le premier visuel précis connu de tous, ce n’est pas parce que tous les chouetteurs possèdent cette carte qu’ils ont pour autant résolu correctement la 560 qui mène à la zone.
    Amitiés à Vous

    • Merci pour votre visite et pour vos gentils mots.

      Quant à la « précision » que vous apportez, il est prudent de souligner qu’il s’agit là de votre opinion ou, si vous préférez, de votre hypothèse de solution, qui mérite encore d’être confirmée par la découverte dela contremarque…

  2. Salut Monglane,

    Tout d’abord je voulais te dire que tu as bien analysé ma réaction, et, si le mot « FORFAITURE » était violent, il n’avait pour but que de provoquer une réaction. Ta réaction en l’occurrence. J’espère que tu me pardonneras cet écart qui montre combien je suis toujours « passionné » par ce jeu.
    Je pense que tu aurais du plus insister sur les retouches qui, manifestement, semblent avoir pris un rôle non négligeable. On va se demander, maintenant quels sont les éléments qui ont pu être transférés de la sphère textuelle à la sphère visuelle. Gageons que ce sera le petit jeu à la mode des prochaines semaines… Il a d’ailleurs déjà commencé.
    Tu sais toute l’estime que je te porte et je pense que ton intervention est décisive dans la course au cahier de charges. Elle shunte toutes velléités d’insister et d’aller plus loin car, manifestement, le CDC n’apporterait pas grand chose d’original.

    Concernant la conception de la chasse, comment aurait-on pu se douter ou savoir qu’elle avait été conçue sans visuel ou sans croquis? Ca a peut-être été dit il y a longtemps, mais je ne suis qu’un chasseur de 2005. Peut-être ne me suis-je pas assez intéressé à la genèse du jeu?

    Pour que le voile soit levé sur les indéterminations, nous attendrons le jour ou un preux chouetteur déterrera l’oiseau. Nous pourrons juger de ce qu’apportaient réellement les visuels et tu pourras vérifier le bien fondé de tes dires. Mais je pense que tu n’avancerais pas ce genre de chose à la légère.

    Bon je retourne chouetter. Je vais bien voir si ma piste en a pris un coup dans les rotules ou s’il faut que je me remette à tisser.

    Amitiés

    Hares

    PS: Je souhaite qu’un jour nous riions de tout ça autour de cette fameuse terrine!!! Mais ne rêvons pas…

    Ah oui! Je voulais rajouter que cette entreprise était avant tout commerciale. Elle avait donc pour but de faire gagner de l’argent.
    Si j’admets que Max n’y a, à terme, pas gagné grand chose, j’ai du mal à me faire au tableau de Max, forçat du minitel, usant ses petits doigts sur le clavier avec ses mitaines usées et à la lueur de la bougie… J’exagère, mais tu le sais sûrement comme moi, toute entreprise comporte des risques et quoiqu’il en coûte, il faut assumer. Max a probablement beaucoup souffert des affres de cette aventure et peut-être que la chouette n’est pas étrangère à sa disparition prématurée.
    Pour finir sur une autre note, je dirais que Max continue de nous faire rêver qu’on en pense du bien ou du mal. Il a créé ce jeu qui restera la quête la plus longue après celles du Graal et de Rennes-le-Château. Ce n’est pas rien et ça le place très haut dans la hiérarchie des hommes d’esprit. La Chouette d’or donnera à son inventeur une réputation plus que respectable. Max aura créé aussi de manière posthume, un nouveau héros à la Indiana Jones, un Champollion de la chasse au trésor. Ca aussi, ce n’est pas rien.

    • Bonjour Harès, et merci pour ton message.

      Je te rassure, j’avais bien compris qu’il y avait une dose de provocation dans tes interventions sur le forum, et j’avais compris vers qui elle était dirigée. 🙂

      Tu me dis que j’aurais dû « plus insister » sur tel ou tel aspect… mais ne me dis-tu pas cela car ça t’aurait, disons, « arrangé » par rapport à ta manière d’envisager le jeu ? Alors que ça aurait moins « arrangé » un autre chouetteur, partisan de théories différentes ? Hélas (ou heureusement) je ne puis ni « insister » sur tel aspect, ni sur tel autre, tu t’en doutes bien. Je ne fais que rapporter des faits et les déclarations de Max avec la plus grande fidélité, et quand je m’autorise à quitter le domaine du fait pour celui du commentaire, je m’efforce de le signaler sans ambiguïté, par des formules comme « Je suis prêt à parier que… » Là, on sait que ce n’est plus l’auteur qui parle, mais moi-même, et bien entendu, sur le genre de sujet qu’on évoque ici, mes mots n’ont pas la même valeur que les siens.

      Tu m’écris « comment aurait-on pu se douter ou savoir qu’elle avait été conçue sans visuel ou sans croquis? » Je te réponds « comment aurait-on pu imaginer autre chose ? » Même sans s’être intéressé de près à la génèse du jeu, on sait bien, notamment au travers des articles de presse qu’on a quand même, depuis le temps, tous plus ou moins lus, que la rencontre Max-Becker fut tardive par rapport à la conception des énigmes (des années d’écart), mais qu’en revanche, le jeu fut lancé très peu de temps après (quelques mois)… On savait aussi, depuis pas mal d’années, même si ça n’avait peut-être pas été confirmé officiellement, que la carrière antérieure de Max était dans le marketing… Donc, un créateur de concepts, et un « metteur de concepts en mots ». L’outil de Max, c’est le mot, pas l’image. Ses chasses postérieures à la Chouette nous l’ont dit aussi depuis longtemps, en particulier Orval : quand il a besoin d’images, il se les procure auprès de tiers.

      Bref, désolé d’insister, mais un chouetteur se posant les bonnes questions et sortant des « autoroutes de la pensée » aurait pu et dû déduire cette information il y a belle lurette, à savoir que la Chouette avait été conçue en mots et non en mots + visuels. Dès lors que des visuels apparaissaient, et que l’auteur, en QR, rappelait leur importance, voire leur caractère indispensable pour certains, il fallait également en déduire, nécessairement, soit que des éléments présents dans les textes avaient été doublonnés sous forme graphique dans les visuels, soit que les textes (ou certains d’entre eux) avaient été modifiés, retouchés, amendés (pour certains en profondeur), afin de permettre d’inclure dans les visuels des éléments précédemment contenus dans les textes, et d’où on les ponctionnait.

      Un mot pour finir sur l’aspect « commercial » de la Chouette. J’ai l’impression que, comme tu l’emploies, le mot « commercial » a quelque chose de médiocre, voire de sale, de dégradant. Pourtant, le mot « professionnel », lui, est valorisant, rassurant, c’est une garantie de sérieux. Or, dès qu’un « professionnel » est à l’œuvre, on est dans le « commercial », puisque par définition, le professionnel vit de son métier… Attention donc à la manière dont on utilise les mots.

      Ensuite, lorsque Max a lancé la Chouette, il envisageait de quitter une bonne carrière dans le marketing pour se lancer dans une carrière beaucoup plus hasardeuse en espérant vivre (et faire vivre sa famille, ne l’oublions pas !) d’un métier qui, à l’époque, n’existait pas : auteur professionnel (commercial, si tu préfères) de chasses au trésor. Tu imagines le pari ? Le courage qu’il a fallu pour sauter le pas, lorsqu’il s’est rendu compte, avec le succès naissant de la Chouette, qu’il ne pouvait plus mener ses « deux métiers » de front ? Je pense que personne, même moi avec qui il en a beaucoup parlé, ne peut vraiment réaliser la prise de risque que cela a pu être. Seul Phil, qui a partagé les aspects « commerciaux » (pardon, je voulais dire « professionnels ») de ce métier, pourrait décrire ses joies et ses affres. La Chouette n’avait pas pour but de gagner de l’argent (s’entendant comme : « tondre les gogos qui vont acheter le livre »), elle avait pour but de lancer un nouveau type de grand jeu populaire en lequel l’auteur croyait assez pour espérer pouvoir en vivre dans la durée. A tout prendre, je préfère qu’un type gagne sa vie en inventant des chasses au trésor plutôt qu’en faisant certains autres métiers qui me viennent à l’esprit.

      Pour moi, une des images « publiques » que je garde de Max, c’est celle que tu décris à la fin de ton message : celle d’un « créateur de rêves » qui, avec la Chouette, est en passe de devenir un « créateur de mythe ».

      Pour ce qui est de la terrine, toujours à ta disposition : je vais retourner la tester avant Noël, pour m’assurer que la qualité est toujours là ! Et je ferai un rapport public sur ce blog, na !

      Amicalement.

      • bonjour monglane,j’ai fait une découverte  »étonnante »;j’aimerai vous en entretenir par email -est-ce possible?

      • Merci hamon pour ton message, mais je ne cherche plus la Chouette depuis longtemps et je ne souhaite pas discuter du fond des énigmes ni des hypothèses de solutions de tel ou tel chercheur.

        En espérant que tu ne m’en voudras pas.

        Bonne chassse à toi !

  3. bonjour Monglane,

    Je lis ce message et je vois le chemin qui reste à parcourir…

    Pour l’aspect commercial de la chouette, n’y vois surtout rien de péjoratif. Je me suis aussi lancé dans plusieurs aventures de ce type et l’une d’entre elles a mal tourné. J’en ai été très affecté mais j’ai fait face et je n’ai pas fui les responsabilités qui étaient les miennes. Dès lors qu’on prend le risque commercial, il faut en assumer les désagréments quand ils surviennent… Je ne saurais condamner le commerce parce que mes parents furent commerçants et que mes trois enfants exercent tous les trois des fonctions de gérants et de responsables dans ce domaine. Le commerce c’est un moyen de faire vivre sa famille et créer des chasses aux trésor est une entreprise comme une autre.

    Voilà pour cette mise au point et tu peux aussi te rendre compte qu’on n’est pas toujours bien compris.

    Je te souhaite une bonne dégustation en espérant bien m’en taper une tranche ….Un de ces jours ….

    amitiés

    Hares

  4. Bonjour Monglane

    Je lis attentivement tout ce qui se passe sur le forum de la chouette, j’ai donc bien évidemment lu le 1er article sur ton blog concernant les visuels.
    Comme tu le dis si bien, il est consternant de constater à quel point les chouetteurs passent plus de temps à analyser le personnage qu’était max plutôt que les énigmes qui composent le graal du chercheur de trésor, est c’est en partie pour cette raison que ne post plus sur le forum.

    Pour en revenir aux visuels, j’ai bien compris le principe de la transcription de l’écrit au visuels, mais :
    – Est-il possible que max est ainsi retranscris certaines fausses pistes ?
    – Est-il possible qu’après 17 ans les chouetteurs soient passés à coté de quelque chose d’énorme ?
    – Est-il possible que nous ne soyons pas au bout de chaque décryptage d’énigmes ?

    Tu ne pourras ou ne voudras pas répondre à ces questions peut-être, mais sache que je trouve tes propos pleins de bon sens et que tes détracteurs s’en remettent trop souvent à leur cartomancienne.

    Amicalement la groseille de Franckanto

    PS : si je trouve la ciste du soldat Ryan, je souhaiterais moi aussi une tranche de terrine.

    • Merci Franckanto pour ton message. Je ne vois aucun inconvénient à répondre à tes questions.

      1. Dans le cahier des charges qu’il a communiqué à Becker, Max a inclus des éléments faisant partie de la bonne piste et aussi, pour noyer le poisson, des éléments inutiles. Parmi ces éléments inutiles, on peut imaginer que figuraient effectivement des éléments appartenant aux fausses pistes « officielles », c’est à dire celles voulues par Max, mais également des éléments « neutres », n’appartenant ni à la bonne piste, ni auix fausses pistes « officielles », mais étant là juste pour faire nombre, et ces éléments-là ont pu, eux aussi, susciter de fausses pistes, mais cette fois imaginées par les chercheurs.

      2. Oui, il est à mon sens possible, voire même certain, que les chercheurs soient passés à côté de quelque chose d’énorme (voire de plusieurs choses énormes). C’est même la seule explication au fait que le jeu est bloqué depuis des années, même si certains persistent à affirmer qu’ils n’avancent, tout en n’arrivant jamais nulle part.

      Cet état de fait, j’en suis un témoin privilégié concernant ma ciste, Le Trésor du soldat Ryan, à laquelle tu fais allusion. Cette ciste est conçue comme une mini-chasse au trésor, évidemment moins difficile que la Chouette. Je l’ai fait valider par Max, qui connaissait les énigmes et les solutions. Eh bien, cette ciste (n°38/13513 pour ceux que ça intéresse) est cachée depuis bientôt 5 ans, et personne à ma connaissance n’a résolu ne serait-ce que l’énigme n°1, qui est pourtant, sur les trois-quarts de sa longueur, d’une facilité déconcertante…! Et il y a des centaines de chercheurs inscrits sur cette ciste, plusieurs nouveaux arrivant encore chaque semaine…

      Donc, oui, il est possible de passer à côté de « trucs énormes », c’est certainement aussi le cas dans la Chouette.

      3. Correléativement, oui, je pense également qu’il est possible, probable, voire certain, que certaines énigmes n’aient pas été décryptées complètement. La 580 m’a toujours laissé un goût d’inachevé, mais la 600 est l’exemple le plus criant. Et bien sûr, il y a les énigmes postérieures qui, elles, attendent toujours leur solution, ce qui es assez normal puisque cette solution dépend sans doute, au moins en partie, d’énigmes précédentes non entièrement résolues elles-mêmes.

      Bonne chasse à toi !

  5. Merci pour ces compléments.

    Je crois qu’en fait, pour le chercheur, il en est de même pour cette histoire des visuels que pour toute piste de la chasse, tant qu’il n’y a pas de confirmation, il reste toujours une part de doute. Aussi même le chercheur peut penser que les visuels ne servent pas à grand chose, cela ne lui paraît évident que quand il en a la confirmation. Je pense que cela résume le sentiment actuel.

    « je publierai un de ces jours un autre billet concernant une confidence de Max (qui ne donne aucune avantage à personne, rassurez-vous) assez ébouriffante, et pourtant d’une grande logique, et qui témoigne au passage de l’intégrité et de la totale honnêteté intellectuelle de notre grand ami disparu. »

    Vivement ce jour là !

    merci

  6. Merci Monglane pour explications salutaires face enlisement chasse.
    Ta déontologie affirmée face obscurantisme pseudos héritiers Max laisse espoir de découverte de lendemains inconnus.
    Je partage conviction de profonde inutilité publication cahier des charges devenu cahier « décharge » depuis polémiques stérile sur forum pseudo-officiel chouette.
    En outre débat sur objectif commercial de max n’a point de raison dans cadre d’un jeu créé par professionnel avéré. Les aigris d’échec réccurent sont mis face à leur incompétence par subtilité conception chasse Max.

    A bientôt de lendemains meilleurs sur ton blog de qualité reconnue.

    Agora

  7. Bonjour Monglane,

    Ce matin, en prenant ma douche, je ne pensais pas à devenir président mais j’ai eu un début de commencement d’explication de pourquoi personne n’a encore déterrée la chouette. Enfin, c’est juste une idée à moi, dans laquelle je me reconnais assez bien.

    [Note de Monglane : je supprime ce qui suit en rappelant une fois encore que ce n’est pas la vocation de ce blog de discuter, ni du fond des énigmes de la Chouette, ni de ce qui en empêche la résolution. Je te suggère plutôt de poster cela sur le forum de la Chouette.]

  8. Est-il toujours dans tes projets de réaliser le film de la découverte de la Chouette ?
    Cordialement, papyMax;

    • Bonjour et merci pour ton message. Non, ce projet de film a été abandonné à la suite du décès de Max. Cela dit, si ton message a pour objet de m’informer du fait que tu t’apprêtes à partir en expédition en espérant déterrer la contremarque, alors tous mes vœux t’accompagnent…!

      Cordialement.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :